Quelle est réellement la situation sur les vaccins Covid en France ?

Factuellement, loin des polémiques, sociales, économiques ou politiques………………………….

Agenda de Vaccination en France présenté le 16 décembre 2020

Un premier agenda du plan de vaccination a été présenté par le Premier Ministre, Jean Castex, et le Ministre de la Santé, Olivier Véran le 16 décembre 2020 devant les députés de l’Assemblée Nationale. L’agenda a été accepté par les deux chambres.

Trois phases de vaccination clairement établies

  • La première, pendant tout le mois de janvier, les personnes âgées vivant en EHPAD.

L’objectif est de vacciner 1 million de personnes d’ici fin janvier.

  • Dans un deuxième temps, de février au printemps au fur et à mesure des approvisionnements, la vaccination interviendra sur 14 millions de personnes présentant un facteur de risque lié à leur âge ou une pathologie chronique ainsi que le personnel de santé.
  • Enfin au 3e trimestre 2021, la troisième phase élargit la vaccination tout d’abord aux personnes de plus de 50 ans puis aux professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays, aux personnes vulnérables et précaires et enfin au reste de la population majeure.

Agenda revu en janvier.

  • 1ère Phase : les personnes en EHPAD, le personnel des EHPAD, les soignants de plus de 50 ans, les personnes en comorbidité et les personnes âgées de plus de 75 ans.
  • 2ème Phase : les personnes de 65 à 74 ans.
  • 3ème Phase : élargissement aux autres populations

L’UNION EUROPEENNE joue son rôle et regroupe l’ensemble des commandes pour les 27 pays.

A ce jour : 600 millions de doses commandées.

Les négociations et les achats ont été menés sous l’égide de l’UNION EUROPEENNE pour approvisionner les 27 pays qui recevront les quantités au prorata de leur population.

Contrairement à ce que certains peuvent énoncer, les fabricants ont bien précisé que l’achat et l’approvisionnement des vaccins passeront uniquement par l’UE.

L’UE a signé des contrats avec six fabricants de vaccins au total : Pfizer-BioNTech mais aussi le suédo-britannique AstraZeneca, l’américain Johnson&Johnson, le duo franco-britannique Sanofi-GSK, l’allemand CureVac et l’américain Moderna.

A ce jour, seuls deux vaccins sont autorisés dans l’UE : Pfizer- BioNTech et Moderna.

Deux autres vaccins sont en cours d’évaluation par l’EMA : le britannique AstraZeneca/Oxford – qui pourrait recevoir son autorisation le 29 janvier — et l’américain Johnson & Johnson/Janssen. Le vaccin allemand CureVac n’a pas encore été soumis à l’EMA et le seul vaccin français, développé par Sanofi Pasteur et GSK, ne serait disponible qu’au dernier trimestre 2021.

« Avec ces deux vaccins autorisés nous nous sommes déjà assurés d’une quantité de doses qui nous permet de vacciner 380 millions d’Européens, c’est plus de 80% de la population, et d’autres vaccins vont suivre dans les semaines et mois à venir », a affirmé la cheffe de l’exécutif européen

La France a largement commandé pour faire face aux demandes des Français qui progressivement sont de plus en plus nombreux à vouloir se faire vacciner.

La France a commandé plus de 200 millions de doses du vaccin, pour vacciner 100 millions de personnes, rappelant que deux doses à 21 jours d’intervalle devaient être injectées.

Situation au 17 janvier 2021

  • 1.6 millions de doses de vaccins ont été livrées
  • 640.000 doses sont en stock dans plus de 100 établissements de santé pour vacciner les

plus de 75 ans, plus les doses pour les professionnels de santé, et les personnes vulnérables dans les centres de vaccination

  • 430.000 doses sont stockées chez les dépositaires pour être administrées dans les EPHADS, pour leurs résidents et le personnel éligible (plus de 50 ans ou atteints de comorbidités).

En conclusion, il n’y a pas de pénurie organisée, il n’y a pas encore les livraisons suffisantes pour répondre à la demande nationale compte tenu des modifications de priorité et de l’appétence subite au vaccin qui n’était pas évidente dans les enquêtes de décembre. Mais si les livraisons de février et mars sont respectées, cela devrait rentrer dans l’ordre

Une nouvelle donne.

Le laboratoire Pfizer, a annoncé le 15 janvier, des réajustements de production au sein de son usine belge approvisionnant l’Union européenne ainsi que de nombreux autres clients internationaux.

Aussi, nous connaissons actuellement une baisse de livraison de 140 000 doses, soit une livraison de 380 000 doses, au lieu des 520 000 prévue cette semaine.

Dès la semaine prochaine, le rythme des 520 000 doses sera de nouveau assuré, et ce chaque semaine.

Nous sommes donc en effet contraints par le nombre de doses disponibles, le gouvernement est parfaitement transparent sur ce sujet. Les livraisons, comme les vaccinations, vont crescendo et poursuivent leurs accélérations.

Donc le fait qu’il y ait cette semaine un peu moins de livraisons que ce qui était prévu en France, comme dans le reste de l’Europe, ne remet pas en cause la stratégie de vaccination. Le gouvernement reprend le calendrier initial et rattrapera à la fin du premier trimestre le retard, ce qui permettra d’atteindre l’objectif qu’il s’est fixé à la fin du mois (1 million de vaccinés).

Cela a toujours été parfaitement clair : la campagne de vaccination durera jusqu’à l’été, à mesure que les vaccins seront autorisés et livrés à l’Union européenne.

Elle continue de s’accélérer comme c’était prévu avec l’ouverture à la vaccination des plus de 75 ans aujourd’hui. Nous avions un million six cent mille doses dans les frigos, près de 480 000 Français ont été vaccinés dont 51 631 en AuRa , nous avons reçu cette semaine 380 000 doses Pfizer et environ 50 000 doses Moderna.

Notre objectif est de vacciner 1 million de Français à la fin du mois et 15 millions d’ici la fin juin.

Nous souhaitons avoir une répartition des doses équitable sur les territoires comme cela a été fait pour l’Europe. C’est donc une très bonne chose que les collectivités locales mettent sur pied des centres de vaccination, mais il est essentiel de le faire en coordination avec le ministère de la Santé pour une bonne cohésion des territoires.

Pour toujours plus de transparence, le gouvernement va publier sur www.sante.fr d’ici la fin de semaine, le nombre précis de doses dont chaque centre de vaccination dispose. Cette information sera actualisée chaque semaine.

Suite